Une des vocations principales de Nassonia est d’être un véritable « laboratoire à ciel ouvert », lieu d’expérimentations et études diverses.

La cigogne noire - oiseau farouche, discret et emblématique des grandes forêts wallonnes – quitte l’Espagne ou l’Afrique et s’envole pour le massif de Saint-Michel Freyr en toute fin d’hiver. La présence de cette espèce, sensible à la perte et à la dégradation des habitats et donc, des zones humides et des forêts où elle nidifie et s’alimente est révélateur d’une forêt revenue peu à peu à un meilleur état de conservation, composée de vieux arbres, de secteurs de grande quiétude et d’un riche réseau de mares et de ruisseaux de qualité.

Cette grande voyageuse avait pourtant disparu de Belgique à la fin du 19° siècle. Elle a fait son grand retour chez nous en 1989. Le premier nid a alors été découvert dans la forêt de Freyr, voisine de Nassonia. Depuis lors, les populations ont rapidement augmenté, pour atteindre environ 80 couples nicheurs aujourd’hui en Wallonie.

En 2019 et en 2021, des cigognes noires ont été équipées d'une balise émettrice GPS, qui permet d'obtenir des localisations très précises et d’étudier leurs déplacements, leurs zones de pêche et leurs comportements :

  • Habitats ;
  • Lieux et horaires de pêche ;
  • Déplacements migratoires ;
  • Zones d’hivernage ;
  • Présence au nid ;
  • Etc.

Ces données viennent s’ajouter à trois décennies d’études réalisées par l’asbl Solon, dans la région de Saint-Hubert. Elles permettront de déterminer, dans le territoire de Nassonia, les zones à protéger, à restaurer ou à ne pas déranger.