Article publié le 04.11.2021

Une mare que l’on croise en plein bois passe rarement inaperçue… La vie y est foisonnante, elle suscite l’admiration et appelle au repos et à la réflexion. De plus en plus, les gestionnaires forestiers les considèrent comme des éléments remarquables et exceptionnels de la forêt et souhaitent les voir perdurer.

Les mares, trésors de biodiversité

Les mares forestières, beaucoup moins bien décrites que dans le milieu agricole, sont des éléments capitaux pour le maintien à long terme de certaines espèces animales et végétales face aux aléas climatiques. Ces petits écosystèmes particuliers, à l’interface entre l’aquatique et le terrestre, tiennent également un rôle important pour la rétention de l’eau en forêt.

Ces mares sont également utilisées comme site de reproduction et d’alimentation par de nombreux insectes et amphibiens, comme lieu de chasse par certaines espèces d’oiseaux et de chauves-souris (rapport disponible dans la section "bibliothèque") et comme point d’eau par la faune sauvage.

Malheureusement, les mares sont des éléments devenus rares en forêt : elles s'assèchent naturellement et disparaissent ensuite, entraînant l'extinction de tout un écosystème.

A Nassonia, une trentaine de mares forestières (s’ajoutant à celles déjà présentes sur le massif) ont été creusées ces derniers mois dans le but d’accentuer le réseau de mares et d’étangs de la forêt de Saint-Michel Freyr, de créer un maillage écologique intéressant et d’accroitre le nombre d’habitats propices à l’accueil et au développement de diverses espèces telles que la grenouille verte, la cigogne noire, les libellules, salamandres, tritons, hérons, chauves-souris, etc.

Ces travaux de restauration écologique ont bénéficié de subsides du Programme wallon de Développement Rural. Ils sont réalisés dans le cadre du projet Nassonia (Fondation Pairi Daiza et SPW).

Avec le soutien de :